Nouvelles
Directive sur le bruit ambiant : limitation des nuisances sonores du port d’Anvers

Nous avons déjà rédigé un article précédemment sur une étude à grande échelle sur les nuisances sonores. Sur la base de quelques-unes de ces études, un plan d’action contre le bruit (2019-2023) a été établi pour l’agglomération d’Anvers, conformément à la directive européenne relative au bruit ambiant (Directive 2002/49/CE). Dans cet article, nous expliquerons en détail en quoi consiste ce plan d’action, et ce qu’il représente pour l’industrie autour d’Anvers, plus particulièrement la zone industrielle autour du port

adobestock110374915-groot.jpeg

Jusqu’où s’étend la zone portuaire d’Anvers ?

L’agglomération d’Anvers couvre le territoire de la ville d’Anvers, avec une superficie de 204,38 km², et comprend les zones suivantes : 

  • Anvers centre ; Berchem ; Borgerhout ; Deurne ; Ekeren ; Hoboken ; Merksem ; Wilrijk ; Berendrecht-Zandvliet-Lillo. 

La zone portuaire recouvre en partie cette agglomération. Ce n’est donc pas un hasard si le port d’Anvers est le deuxième plus grand port d’Europe. 

adobestock289836371-groot.jpeg

Quel est l’objectif de ce plan d’action contre le bruit ? 

Concrètement, l’objectif est de réduire le bruit ambiant dans la zone portuaire d’Anvers et d’améliorer la qualité sonore. Les mesures qui seront prises reposent sur les quatre piliers suivants : 

  • Élaboration de la politique en matière de bruit ambiant : la ville souhaite acquérir des connaissances sur le concept de « bruit ambiant » afin de développer une politique ciblée ;
  • Sources silencieuses : l’on s’efforce, dans la mesure du possible, de s’attaquer aux problèmes à la racine, par exemple en travaillant de manière proactive sans devoir prendre de mesures supplémentaires par la suite ;
  • Protéger et améliorer les situations existantes en matière de climat sonore : la ville souhaite, dans la mesure du possible, éliminer les « problèmes acoustiques » (là où les nuisances sonores sont nombreuses) ;
  • Garantir le climat acoustique dans de nouvelles situations et des projets d’aménagement urbain : dans le cas de nouveaux projets, il convient de tenir compte dès le début de certaines mesures et exigences au niveau sonore. 

Quels secteurs génèrent du bruit ambiant ?

Les principales sources de nuisances sonores dans et autour du port d’Anvers sont les suivantes :

  • Trafic ;
  • Logistique ;
  • Activités industrielles.

Le secteur industriel dans et autour du port d’Anvers peut causer de nombreuses nuisances sonores. Nous examinons le secteur industriel spécifique au port et fournissons des solutions adaptées pour les nuisances sonores.

Industrie dans le port d’Anvers

Le port d’Anvers est le plus grand cluster (pétro)chimique intégré d’Europe. Les principales entreprises chimiques dans le monde y sont présentes et constituent un ensemble diversifié et intégré. Outre le traitement de cargo et la logistique, le port assure aussi le stockage, le traitement et la distribution de pétrole, produits (pétro)chimiques et gaz.

adobestock290324764-groot.jpeg

De plus, le secteur pétrochimique englobe naturellement toute une série de sources sonores qui peuvent engendrer des nuisances : 

  • Échappements industriels ;
  • Cheminées ;
  • Systèmes de ventilation ;
  • Moteurs et machines ;
  • Unités de refroidissement ;
  • Condensateurs et unités de toit ;
  • Zones de chargement et de déchargement.

Il est donc essentiel de répertorier ces sources de bruit et de trouver ensuite une solution acoustique adaptée

Directive standard pour le bruit ambiant des zones industrielles : VLAREM

Normalement, le secteur industriel autour du port se conforme à l’arrêté VLAREM II du Gouvernement flamand, qui impose les normes sonores suivantes en extérieur :

  • En journée, de 7h à 19h : 50 dB(A) ;
  • En soirée, de 19h à 22h : 45 dB(A) ;
  • La nuit, de 22h à 7h : 40 dB(A).

À l’intérieur, les nuisances sonores doivent être inférieures. Les normes en vigueur sont les suivantes :

  • En journée, de 7h à 19h : 36 dB(A) ;
  • En soirée, de 19h à 22h : 31 dB(A) ;
  • La nuit, de 22h à 7h : 31 dB(A).

L’insonorisation ne sert donc pas uniquement à réduire le bruit ambiant mais aussi à garantir la sécurité et le confort de vos collaborateurs.

Or, il est difficile, dans le cadre du plan d’action contre le bruit, de prendre des mesures supplémentaires au VLAREM II pour réduire le bruit ambiant. 

Directives complémentaires pour le bruit ambiant dans le port d’Anvers

La ville veut s’assurer qu’aucune nouvelle habitation ou bâtiment sensible au bruit ne puisse être autorisé près de la zone industrielle dans le port. L’objectif est également de miser sur une meilleure communication afin de mieux informer les riverains sur les activités prévues et susceptibles de causer des nuisances. D’éventuelles mesures supplémentaires sont également possibles afin de limiter au maximum les nuisances sonores : 

  • Ajouter des conditions particulières au permis d’environnement ;
  • Examiner, lors de l’octroi du permis d’environnement, la proximité d’habitations, d’écoles et d’autres bâtiments sensibles au bruit ;
  • C’est également valable dans le sens inverse : l’octroi de permis de bâtir pour les écoles et les habitations peut se voir imposer des conditions supplémentaires ;
  • Les plaintes pour nuisances sonores sont suivies de près par les instances compétentes ;
  • Une concertation claire s’impose entre toutes les parties concernées : instances, riverains et représentants du port et de l’industrie (de pétrochimie).

Travailler de manière proactive avec des solutions acoustiques industrielles

Il est essentiel de commencer à utiliser des solutions acoustiques le plus tôt possible. Le travail proactif est la seule manière d’éviter un éventuel plan d’assainissement acoustique. Qui dit attitude proactive, dit gain de temps et d’argent. DOX Noise Control est le partenaire idéal en la matière. Exemple :

  • Grilles de ventilation pour les canaux de ventilation qui arrivent à l’extérieur ou pour les unités de refroidissement ;
  • Capotages qui amortissent le bruit des moteurs ou générateurs ou d’autres unités ;
  • Panneaux acoustiques dans les zones de (dé)chargement ou autour des machines lourdes ;
  • Silencieux qui peuvent être utilisés presque partout dans un environnement industriel, et donc également pour les cheminées et les échappements. Pensez par exemple aux silencieux d’évacuation.

Avec l’aide d’un bureau d’études acoustique vous pourrez facilement identifier tous les problèmes. DOX Acoustics vous proposera les solutions adaptées. 

Envie d’en finir avec les nuisances sonores dans le secteur industriel ? Contactez-nous sans engagement ! Nous serons ravis de trouver une solution adéquate avec vous, adaptée aux exigences et aux besoins de votre entreprise.

Actualités

Abonnez-vous à la newsletter

Tenez-vous au courant de toutes les nouveautés DOX

;